Comprendre les bonnes pratiques ou techniques pour héberger parfaitement son logiciel libre.

Quelles sont les grandes étapes à suivre pour obtenir un site WordPress rapide ?

Sans rentrer dans tous les détails, je vais décrire les quelques points à regarder afin d’accélérer votre site internet.

Certaines étapes sont plus faciles que d’autres à mettre en œuvre.

Si vous souhaitez me demander une prestation pour accélérer votre site WordPress, contactez-moi.

1. Analyser vos performances actuelles avec GTMETRIX

Dans un premier temps, il faut d’abord savoir où vous en êtes au niveau des performances.

Rendez-vous sur le site de mesure de performance GTMETRIX pour analyser gratuitement vos performances, voici ce que vous allez voir :

Renseignez l’URL de votre site et cliquez sur Analyse.

Après quelques instants, vous obtenez le résultat de vos performances :

Donc oui, les performances ici sont bonnes. Mais il se peut que vous ayez plutôt ce genre de mesures :

Donc si c’est mauvais il va falloir faire quelques chose, le plus important sont les « Web Vitals », il faut des bonnes notes.

Voici une petite description des trois valeurs importantes :

  • Largest Contentful Paint : le temps qu’il faut attendre pour voir le contenu le plus imposant de la page visible (la plus grosse image par exemple). Il doit être inférieur à 1,2 secondes. Pour l’améliorer, il faut mettre en cache les pages, déferrer le chargement du javascript, minifier le CSS, compresser les fichiers, réduire et optimiser les images et leur format, utiliser un CDN, ne charger que les éléments visibles, ne pas mettre de CSS inutile dans l’entête de page.
  • Total Blocking Time : temps de blocage du navigateur avant que le visiteur puisse commencer à interagir. Seuls les tâches d’une durée de plus de 50 ms sont considérées bloquantes. Le total de toutes ces tâches doit être inférieur à 300 ms. Pour l’améliorer, il faut déferrer le chargement du javascript et minifier les feuilles de style, résoudre les requêtes DNS par avance et précharger les fontes.
  • Cumulative Layout Shift : il mesure les glissements désagréables de l’interface pendant son affichage. Il doit être inférieur à 0.1. Pour éviter ces effets bizarres de décalages pendant le chargement, il faut réserver les espaces pour les images avant qu’elles ne se chargent et éviter tout ce qui pourrait avoir pour impact des changements de taille des éléments affichés.

Voilà pour les grandes lignes. Certaines tâches seront un peu plus faciles et certaines nécessitent beaucoup de temps et une très haute expertise.

2. Installation de l'extension de cache WP-Rocket

WP-Rocket est probablement la meilleur extension WordPress pour accélérer votre site. Elle ne fera pas tout mais c’est un excellent début. Voici le lien pour télécharger l’extension (payante). Dans le cadre d’une prestation de maintenance de ma part, l’extension est offerte (contactez-moi).

Après l’installation, vous devez régler les paramètres de l’extension. Par exemple, vous pouvez :

  • optimiser des fichiers en activant la « minification » des fichiers CSS et JS, charger le javascript en différé, reporter l’exécution Javascript. 
  • précharger le sitemap, les liens, exclure certains polices du préchargement pour éviter des surprises

3. Utiliser un accélérateur de service d'annuaire (« DNS Anycast »)

Lorsque le navigateur du visiteur veut accéder au site internet, il recherche abord son adresse dans un annuaire mais souvent, cet annuaire est lent. Il existe des services d’annuaire de proximité pour accélérer les temps de recherche :

Certaines services d’annuaire sont plus efficaces que d’autres. Vous pouvez utiliser par exemple celui de Cloudflare ou G-CORE LABS. Le temps de changement entre vos DNS classiques et un nouveau DNS prend entre 24h et 48h.

4. Mettre en place un CDN (dépôt de proximité de contenu)

Habituellement, lorsque vos visiteurs accèdent à votre site internet, leur navigateur télécharge TOUS les fichiers directement de votre hébergeur et c’est LENT.

L’idée est de déporter les gros fichiers vers un service de proximité ultra-rapide, le navigateur de votre visiteur peut télécharger facilement beaucoup plus de contenu en parallèle et beaucoup plus vite.

Avec ce système, les performances s’améliorent énormément.

5. Optimiser le poids des images

Cette idée se rapproche de l’étape 4 et rétrécit la taille des gros fichiers. Vous devez installer une extension WordPress pour s’occuper de cette terrible tâche.

L’extension Imagify va analyser les images à optimiser et le site sera plus léger à naviguer.

6. Bien choisir vos extensions et votre thème graphique

Si votre site a été mal conçu, il faudra revoir pas mal de choses et cette partie est coûteuse en temps et demande un bon niveau d’expertise.

Je ne manquerai pas de détailler certaines points dans d’autres articles.

Si vous avez besoin d’un expert, contactez-moi !

Ces autres articles ou sujets pourraient vous intéresser :